Scène vide. Entre un homme à jardin. Durant toute sa prise de parole il ne tourne jamais le dos.

L’HOMME

 Ce n’était pas le genre de filles qui avait ses petites habitudes. Il n’était pas rare de la voir un matin dans les bois se prendre pour une biche. On ne pouvait pas la voir. On ne pouvait que la sentir. Elle était calme avec tout le monde et ne s’emportait jamais. Ses affaires traînaient un peu partout dans son monde, elle n’aimait pas la routine. La bonne vieille routine, où les gens poussent des cris. Ils enragent, enfermés dans leurs propres vices. Et cette colombe, qui empâtait, qui les voyait agoniser, cette colombe, ma colombe ne connaît rien de tout cela. Elle a su comprendre, retenir sa chute. C’est amusant de penser que l’on pourrait la sauver. Je fais partie de cette envie générale, sans trop savoir pourquoi. Elle nous a ensorcelés, sans le faire exprès. Comme tout le monde je n’ai pas pris au sérieux les désirs, les forces écroulées sous notre poids et les siennes sur notre tête. Et comme tout le monde, je l’ai à tout hasard vue chanter sur son balcon fleuri, un soir d’été. Seule cette mésange savait tout, tout en prétextant ne rien savoir. J’étais donc caché derrière des buissons et je la regardais chanter. La berceuse m’envoûtait petit à petit quand soudain je l’entends hurler : « Non ! ». Un son de cloche brûle mes tympans. Plus rien. il marque une longue pause. On a tous rêvé d’un ange que l’on voulait sauver quand il était déjà mort.

Il sort à cour.

Catégories : Théâtre

Ceryse

19 ans | Fantasy L'univers entre les mondes (fin 2021) Comité de lecture chez Evasion Editions

0 commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :