Lectures

Qui es-tu Alaska ? de John Green

Je viens de terminer la lecture de Qui es-tu Alaska ? (titre original: Looking for Alaska) le premier roman de John Green écrit en 2005, à l’âge de 25 ans.

Si vous ne connaissez pas cet ouvrage, je vous retranscris ici le résumé du livre :

La vie de Miles Halter n’a été jusqu’à maintenant qu’une sorte de non-événement. Décidé à vivre enfin, il quitte le cocon familial pour partir dans un pensionnat loin de chez lui. Ce sera le lieu de tous les possibles. Et de toutes les premières fois. C’est là aussi qu’il rencontre Alaska. La troublante, l’insaisissable et insoumise, drôle, intelligente et follement sexy, Alaska Young.

John Green ; traduit de l’anglais (américain) par Catherine Gibert

Avant de faire ma liste habituelle de ce que j’ai aimé et de ce que je n’ai pas aimé, je tiens à dire que j’ai été agréablement surprise. Moi qui m’attendais à un roman écrit uniquement pour un public de moins de 15 ans, je me suis retrouvée face à une écriture qui se veut simple et mature, de sorte à ce qu’elle soit appréciée autant par les adolescents que par les jeunes adultes, une écriture dont les sujets ouvrent les portes à des débats et des réflexions infinis. Nous sommes ici en compagnie d’un narrateur interne : Miles Halter, le personnage principal. Et nous suivons avec aisance ses aventures à travers ses yeux de jeune homme de 16 ans.

Ce que j’ai particulièrement aimé

~ La structure. Le roman se découpe en deux parties : AVANT et APRÈS. Chaque chapitre a pour titre [tant de jours] avant. On commence par Cent trente-six jours avant jusqu’à l’événement (que je te laisse découvrir si tu es intéressé.e), puis ça reprend avec Trois jours après etc. Je trouve l’idée judicieuse parce qu’elle apporte à la fois un rythme et une tension. “Trente jours avant quoi ?”

~ Les dernières paroles. Voilà un drôle de loisir, mais loin d’être inintéressant. Il s’agit du loisir de Miles qui se trouve être aussi une passion de l’auteur. Cette histoire du Grand Peut-Être vient de François Rabelais dont les dernières paroles seraient, selon John Green : “Je pars en quête d’un Grand Peut-Être”. Je ne vous donnerai pas trop de détails sur sa signification car je trouve que John Green l’a très bien racontée à travers le professeur de religion de Miles.

~ Les surnoms. La plupart des personnages a un surnom. (Alaska est une exception expliquée dans le roman) Encore une fois je te laisse la surprise. Je parle des surnoms, mais en réalité j’englobe toutes ces petites choses qui font partie de la vie d’un adolescent (les surnoms, les blagues, les stratégies pour transgresser le règlement, le rapport à la sexualité).
Enfin, il y a ce que j’appelle des “rappels d’expression” ou des “rebondissements”. Je vous donne quelques exemples : “Le Grand Peut-Être” est un groupe de mots qui revient de temps à autres dans le roman ; “TABLE BASSE” qui désigne un objet qui n’est pas une table basse mais qui est utilisé tout comme ; le “regard qui tue” de “l’Aigle” ; …
En somme, le tout est bien amené, même si les “rappels d’expression” sont parfois excessifs.

La quête de sens

Sans divulguer les grands axes du roman, une des intrigues secondaires m’a beaucoup plu : la quête de sens. C’est à l’adolescence que nous faisons face au savoir du monde, à l’au-delà et à toutes les formes de sciences que nous pouvons connaître. Je ne résumerai jamais aussi bien que l’auteur lui-même, mais je peux dire que j’ai appris avec le personnage autant que j’ai appris durant ma propre période adolescente.

Que tu sois un.e amateur.e de ce genre de romans ou non, j’espère que ma chronique te donne envie de te pencher sur la lecture de Qui es-tu Alaska ?

Auteur

Ceryse
19 ans | Fantasy L'univers entre les mondes (fin 2021) Comité de lecture chez Evasion Editions

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Haïkus (n°52 au n°72)

26 décembre 2020

Wild Child, Anthéa Claux

4 janvier 2021

%d blogueurs aiment cette page :