Le premier roman en autoédition de Viola Horn, Moqq, en étonnera plus d’un ! La couverture du livre joue une grande porte que nous franchissons, à la découverte d’un peuple inconnu, frappé par une malédiction aussi mystérieuse que dévastatrice ! Je vous propose aujourd’hui de nous pencher sur son histoire, et sur ce que j’en ai pensé…

Couverture et résumé du livre

Minuit, le premier février d’une époque lointaine, les dieux ont tourné le dos au village isolé d’Astelloy. Un mal mystérieux décime la moitié de la population, laissant derrière lui un demi-millier de corps sans aucune blessure.

Mais le fléau n’en est qu’à ses débuts. Les survivants parviendront-ils à conjurer le sort ? Quels secrets se cachent derrière les origines de leur communauté ? – résumé de la quatrième de couverture, édition Bookelis

Quand j’ai refermé le livre…

J’ai ressenti un profond soulagement pour les protagonistes en achevant la lecture de la dernière page. Ce sont exactement 310 pages que l’on voit de moins en moins passer au fil de notre avancée dans l’histoire. C’est une fin à laquelle je m’attendais à moitié, et je ne suis pas déçue !

Des personnages sous toutes leurs formes !

De nombreux personnages cohabitent dans l’intrigue, et bien que cela m’ait un peu perdue lors des premières pages, j’ai appris à les connaître au fil du temps, et à mieux comprendre le pourquoi de leurs actions et de leurs opinions. J’ai trouvé que certains manquaient un peu de longueur sur leur personnalité, au-delà de leurs actions.

Tout était d’une difficulté affligeante pour Ulrick. Croiser le regard vide des morts, en trouver certains effondrés dans leur cuisine, seuls, sans famille pour les pleurer, leur transport jusqu’à la charrette, les pleurs constants de certains de leurs camarades de groupe. Il le savait déjà : jamais il ne se remettrait d’un tel spectacle.

Citation de Moqq, Viola Horn (2021)

Au fil des pages, les personnages, de moins en moins nombreux, nous intéressent de plus en plus. L’écriture est donc fluide, simple à comprendre et faite pour tous les lecteurs et lectrices.

Qui est l’auteure ?



Viola Horn

J’ai testé au moins une fois quasiment tous les domaines artistiques qui se sont présentés à moi. La gravure sur bois, le papercraft, le tissage de perles, la programmation… Mais c’est dans l’écriture que je peux le plus exprimer mon besoin de créer. Un univers, des personnages et des aventures pour lier le tout. Chaque émotion peut être décrite avec des mots. Et en plus ça tombe bien : j’adore raconter des histoires !

Viola Horn, extrait d’une publication Instagram du 12 mars 2021

Vous trouverez le roman sur la plateforme Bookelis mais aussi sur Amazon ! Suivez Viola Horn sur Instagram pour ne rien manquer de ses actualités ! Elle n’hésite pas à parler et à conseiller !

Merci !

J’espère que cette petite escapade avec Viola Horn vous a plu ! Je retrouve à mes livres et mes cahiers, et vous donne rendez-vous à une prochaine chronique (indice : j’ai déjà chroniqué un de ses romans… !) En attendant, je vous invite à retrouver mes anciennes chroniques !

Pour des ondes positives toute l’année, abonnez vous à mon blog pour recevoir un mail chaque fois que je propose une douceur 🙂

Pour les demandes de service presse, c’est par ici !
Pour lire ce que j’écris, c’est par là !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.